Le Sexotel est devenu le moyen de vivre du sexe N°1 des français, pourquoi ?

Quand l’on parle de numéro rose, les clichés ont la vie dure : c’est pour les vieux, c’est terminé cette époque, maintenant ça se fait par des sms surtaxés, des liveshow avec des jetons qui coûtent cher ou des tchat pour adultes vides de femmes mais qui vous prennent quand même un bon abonnement par mois. Comme quoi, il faut rappeler la réalité dans l’autre sens. Le « tel rose » n’a donc rien d’un support pour les vieux : il n’y a pas d’âge pour cela si ce n’est d’avoir sa majorité puisqu’il s’agit d’un service pour adulte. Les numéros surtaxés qui redirigent sur une plateforme à l’étranger est un temps révolu : les lois protègent le consommateur et ce genre de sociétés n’ont de toute manière pas changé leurs méthodes marketings et n’apparaissent que dans des journaux que de moins en moins de gens achètent (donc le prix de la publicité est rentable). Côté tel rose, il faut donc faire la distinction entre un service bien français et surtout dématérialisé avec des libertines qui peuvent pratiquer depuis chez elles. Pourquoi libertine ? Tout bêtement parce qu’être animatrice de tel rose aujourd’hui n’a plus aucun sens. Ce sont donc celles qui sont totalement dégoûté du support internet qui nous rejoignent : sur le web, elles se font harceler et l’anonymat n’est pas toujours garantie (voir par exemple le piratage en masse d’un des plus gros sites de rencontres américain avec la mise à disposition de millions de mails et de numéros de téléphone pour la revente à but commercial). Avec le tel rose, les libertines peuvent donc s’exprimer et vous écouter en toute sécurité et pratiquer ce qu’elles aiment le plus, à savoir s’exhiber (puisque vous pouvez entrer dans leur intimité la plus profonde, elles n’ont rien à craindre à vous répondre) et discuter autour d’histoires de sexe vécues ou des fantasmes à réaliser. C’est d’ailleurs la même chose pour vous : votre anonymat est préservé quoi qu’il arrive et vos conversations sont privées. Le téléphone rose SM n’a donc pas encore de beaux jours devant lui mais plutôt un futur très prometteur dès lors qu’il est pratiqué avec déontologie et en tenant compte de la demande actuelle. Les dominatrices sont par exemple inatteignables sur le net alors qu’avec le téléphone rose, c’est sans attente et avec une garantie d’être soumis au téléphone par quelqu’un qui ne pratique que par plaisir ou sadisme…